Prochaine rencontre "médecins - malades" envisagée à ROUSSAY : 9 juin 2018

Rencontres 2015 à ROUSSAY (49) : Compte-rendu (dont enregistrements audio)
Elles sont une mine d'informations, consultez l'historique : Cliquez ici

 
Etude scientifique sur la prise en charge de la douleur (cf. rencontres à ROUSSAY en 2012 et 2015) : Cliquez ici
Résumé chronologique sur la recherche : Cliquez ici
Lettre de 2015 : Cliquez ici

Espoir pour le traitement du cancer du pancréas

Un article paru sur le site web "20minutes.fr" laisse entrevoir un grand espoir pour le traitement du cancer du pancréas grâce aux résultats de recherche d'une équipe toulousaine de l'INSERM.

Ils ont exploité pour cela un virus dérivé de l'herpès.

 

Article au format PDF à télécharger : Article de 20minutes.fr <= cliquez sur ce lien

 

L'INSERM a publié de son côté un article plus détaillé sur le sujet visible ici :

Lien vers article sur le site de l'INSERM <= cliquez sur ce lien

Article au format PDF à télécharger : Article de inserm.fr <= cliquez sur ce lien

Suite à cet article, l'APCH via son Conseil scientifique, qui s'est réuni à Toulouse, a obtenu des éclaircissements sur le sujet en la personne du Dr Pierre Cordelier, chercheur impliqué :

Nous travaillons depuis bientôt deux décennies sur des approches utilisant les gènes/l'ADN comme médicaments,  autrement dit sur des stratégies de thérapie génique.

Plus particulièrement, nous utilisons dans le cadre du cancer du pancréas des gènes dits "suppresseurs de tumeurs", qui sont perdus au cours du processus cancéreux, et dont l'activité inhibe très fortement la progression cancéreuse, en combinaison avec des gènes qui rendent la chimiothérapie plus active.

Il faut par la suite associer à ces gènes des "vecteurs" qui permettent leur entrée dans les cellules cancéreuses; dans notre cas, il s'agit de vecteurs chimiques "non viraux" .

Le médicament (ADN + vecteur non viral) est administré  par endoscopie dans la tumeur de patients qui ne sont pas éligibles pour la chirurgie.
Nous avons mené un premier essai chez 22 patients de 2010 à 2012; cet essai clinique de phase I nous a permis de démontrer que cette approche est faisable et sure, sans effets secondaires majeurs. Chez certains patients, la combinaison de la thérapie génique et de la chimiothérapie a permis une amélioration de leur état général. Nous avons également pu constater une augmentation de la survie des patients, et allons bientôt procéder à un essai clinique de phase II (efficacité sur 80 patients) afin de valider ces premières observations.

Du coté recherche, nous développons désormais d'autres approches basées sur des vecteurs "viraux" et sur des virus tueurs de tumeurs.

En espérant avoir répondu à vos interrogations,

n'hésitez pas à me recontacter par le biais de l'APCH si vous le jugez nécessaire,
 
Dr. Pierre Cordelier 
chercheur Inserm en cancérologie
Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse (CRCT)